beatrice atallah

Des juristes au sein du Comité de normalisation de la Fédération malgache de football (FMF)

Les émissaires de la Fédération internationale du football association (FIFA) et de la Confédération africaine de football (CAF) ont officialisé la nomination des membres du Comité de normalisation de la Fédération malgache de football. Atallah Béatrice, présidente, José Andriatianarivelo, vice-présidente, et les deux conseillers Jacques Benony et Sahondra Rabenarivo, ont été présentés vendredi soir.

D’une transition à une autre. Béatrice Atallah, a été désignée présidente du comité de normalisation au sein de la Fédération malgache du football (FMF). Sa nomination a été officialisée vendredi soir au siège de la FMF, à Isoraka.

Trois juristes composent le Comité de normalisation, mis en place après l’échec de l’élection des membres du Comité exécutif de la FMF le 3 novembre. Béatrice Atallah, magistrate, est connue pour son passage à la tête de la Commission électorale nationale indépendante pour la transition (CENI) en 2013. Pour elle, c’est « cette expérience dans la préparation et l’organisation des élections » ainsi que son « statut de magistrat » qui ont conduit les instances du football mondial et africain, à la solliciter pour cette mission.

Un code électoral à faire respecter

Avec cette nomination, l’axe Béatrice Atallah-Fatma Samoura, secrétaire général de la FIFA, va, directement ou indirectement, encore une fois fonctionner. Les deux personnalités avaient eu à travailler ensemble durant la transition politique sur la Grande île, jusqu’à l’élection présidentielle de 2013, lorsque la Sénégalaise était coordinatrice du système des Nations Unies et représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Madagascar. Béatrice Atallah, après avoir été présidente de la CENIT avait occupé le poste de ministre des Affaires étrangères.

Lire aussi :  FOOTBALL-ELIMINATOIRES CAN 2019 – Les Malgaches contents, les Sénégalais pestent

A entendre Béatrice Atallah, la Commission de normalisation aura pour tâche d’appliquer « le code électoral de la FMF » dans le processus d’élection des membres du Comité exécutif de la Fédération. Le cas de Madagascar diffère de celui de la République dominicaine où le Comité de normalisation doit, entre autres, s’occuper de la révision des textes. « La décision de nommer un Comité de normalisation est liée à la procédure électorale de la FMF qui n’a pas été effectuée conformément aux exigences réglementaires applicables aux membres de la FIFA », avait déjà expliqué le communiqué de l’instance internationale du football, en date du 12 Novembre, à la suite de l’échec de l’élection des membres du comité exécutif de la FMF. Toutefois, le cas échéant, il n’est pas exclu que le comité de normalisation retouche les statuts et les textes électoraux sur certains points précis. Cette éventuelle décision devrait être menée en concertation avec la FIFA.

Le choix des deux juristes pour soutenir Béatrice  Atallah dans sa mission, semble s’expliquer par cette mission assignée au Comité de normalisation. Sahondra Rabenarivo, à la tête d’un cabinet de conseil juridique, et membre de l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI) est une référence dans l’analyse des textes de loi.

Lire aussi :  Football : Faneva Ima au chevet des sélections nationales

José Andriatianarivelo, Procureur général près la Cour suprême (PGCS) connait à la fois le monde des lois et le milieu du football. Cet ancien arbitre international, à la tête de la commission centrale des arbitres était ancien président de conseil de discipline au sein de la FMF.

Jacques Benony complète l’équipe du Comité de normalisation. En tant qu’ancien président de la FMF, il connaît les rouages de l’administration et le contexte du football malgache.

Des affaires courantes à gérer

Le Comité de normalisation se réunira pour la première fois le mardi 27 novembre. « Nous allons avoir une première réunion pour savoir où est le problème et qu’est-ce qui s’est passé réellement.  A ce moment-là on va établir un calendrier et une feuille de route pour qu’on puisse travailler », explique Béatrice Atallah, insistant sur la nécessité d’ « examiner le dossier ».

Les grandes lignes de la feuille de route du Comité de normalisation avaient déjà été tracées par la FIFA. Le comité a trois missions principales à savoir « gérer les affaires courantes de la FMF, désigner ou identifier les délégués à l’assemblée générale de la  FMF et organiser les élections au mois de mai 2019 », confirme Veron Mosengo-Omba, directeur de développement du football pour l’Afrique et les Caraïbes au sein de la FIFA. Il fera également office de commission électorale et son mandat prendra fin avec l’élection des nouveaux dirigeants de la FMF.

Lire aussi :  CAN 2019 : Madagascar bat la Guinée Equatoriale et fait un pas vers la qualification

L’élection des présidents des 22 ligues, qui seront les électeurs des membres du Comité exécutif, sera ainsi remise sur le tapis. Le communiqué de la FIFA du 12 novembre fait état d’une mission d’identification des « délégués légitimes à l’assemblée générale de la FMF ». « Comment peut-on les [membres du Comité de normalisation] rendre redevables des candidatures dont on ne sait pas comment elles ont été analysées ou acceptées. Ils ne vont pas endosser cette responsabilité. Il y a des matchs à rejouer, non ? Ce match -là va être rejoué », réitère Veron Monsengo-Omba.

Le terrain sportif ne devrait pas souffrir de la réorganisation menée au sein de l’instance du football malgache. Les  Barea, l’équipe nationale de football, participeront à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 au Cameroun. En effet, c’est le comité exécutif qui est dissout et non la fédération, qui est appelée à préparer et à mettre en place les rencontres internationales des Barea organisées par la FIFA et la CAF.