Des responsables du dossier Madagascar à la Banque mondiale et au FMI, qui applaudissent à la fin de la Conférence des bailleurs de fonds, le 2 décembre, au siège de l'Unesco à Paris

Conférence des bailleurs et des investisseurs : Qui a promis quoi ?

Les autorités malgaches se sont réjouies d’avoir obtenu 6,4 milliards de dollars de promesses. Mais qui a réellement promis et à quoi ces partenaires se sont-ils réellement engagés ?

Les 6,4 milliards de dollars annoncés sont, comme l’a toujours assuré l’exécutif, destinés à financer les 50 projets prioritaires du Plan national de développement. Le document prévoit 120 projets, mais compte tenu de la capacité d’absorption de Madagascar, les ambitions ont été revues à la baisse, et la Grande île n’a finalement présenté à ses partenaires techniques et financiers que 50 projets « immédiatement réalisables ». Certains d’entre eux ont même déjà démarré et l’argent nécessaire à leur mise en œuvre déjà en partie décaissé. Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a même dit qu’il allait commencer à faire des inaugurations à peine revenu de la conférence des bailleurs.
Les plus grandes contributions sont évidemment celles des bailleurs multilatéraux. La Banque mondiale a annoncé à Paris un appui de 1,3 milliards de dollars dont 1 milliard sous forme de dons et de prêts à taux concessionnel, et 300 millions de dollars octroyés par la Société financière internationale (SFI). L’Union européenne, pour sa part, a parlé de 930 millions de dollars dont 640 millions de dollars de dons. La Banque africaine de développement, de son côté, apportera pour 2017-2020 la somme de 1 milliard de dollars. Les Nations Unies, elles, ont déjà engagé 523 millions de dollars depuis 2015, et ce jusqu’en 2019, tandis que le Fonds international pour le développement de l’agriculture (Fida) fait état d’un appui de 227 millions de dollars.
Les partenaires bilatéraux ne sont pas en reste. Outre ce qui est déjà engagé pour financer le projet d’extension du port de Toamasina, le Japon a annoncé à Paris un appui financier de 447 millions de dollars pour Madagascar. Le gouvernement français, à travers l’Agence française du développement, a annoncé 100 millions d’euros, soit 107 millions de dollars pour les trois prochaines années. L’Allemagne qui finance déjà 117,4 millions d’euros, soit 125,6 millions de dollars, de projets en cours indique encore vouloir attendre les consultations gouvernementales qui se tiendront dans les prochaines jours pour annoncer ses engagements pour les prochaines années. Quant aux Etats-Unis, Robert Yamate, son ambassadeur, a fait miroiter l’espoir d’un retour du Millenium challenge account sous certaines conditions. Mais il a mis en avant l’aide humanitaire de son pays qui s’est chiffrée à 105 millions de dollars pour 2016. L’Inde qui était également présente à Paris a annoncé l’approbation en cours d’un montant de 87,72 millions de dollars, et la communauté Aga Khan, une aide financière de 50 millions de dollars.

Lire aussi :  La Haute cour constitutionnelle maintient Rajaonarimampianina en poste et exige un gouvernement de consensus

Partenaires

Montant (en dollars)

Banque mondiale

1 300 000 000

Union Européenne

930 000 000

Banque Africaine de développement

1000000   000

Nations Unies

523000000

FIDA

227000000

AFD

107000000

Japon

447000000

Allemagne

En attente de consultations gouvernementales

Inde

87720000 en cours de d’approbation

Aga Khan

5000000