cemgam

Les Forces armées sollicitent un permis de tuer pour combattre les Dahalo

« Il faut tirer les premiers sur les Dahalo ». Les propos sont du Chef d’Etat-major général de l’Armée malgache, le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina. Sauf que les Forces de l’ordre n’ont le droit d’ouvrir le feu que dans des cas bien précis. Pour avoir le droit de tuer les Dahalo, ces bandits de grands chemins spécialisés dans les vols de bovidés, l’Armée a appelé les Parlementaires et le Gouvernement à adopter une loi qui permette aux Forces de l’ordre de recourir à la force meurtrière sans que cela soit considéré comme une atteinte au principe du droit à la vie et même s’il n’y a pas encore d’affrontement.

Lorsque « Fahalemana 2015 », opération de sécurisation rurale mise en œuvre par l’Armée, a été lancé, le CEMGAM disait encore, « pour rassurer l’opinion » selon L’Express de Madagascar, qu’« il ne devrait pas y avoir d’usage d’arme sans affrontement ». Dans son édition du 14 août 2015, le journal rapporte que cette mention est « comprise dans les règles de conduite de la lettre de mission des éléments mobilisés ». Il rappelle en même temps que « la légitime défense est la condition pour tuer, sous réserve de la proportionnalité des armes et du facteur temps, en référence aux articles 328 et 329 du Code pénal ».

Lire aussi :  Le Premier ministre Jean Ravelonarivo sera bientôt au pays

Depuis le mercredi 26 août 2015, pourtant, le discours a changé. « Désormais, nous considérons les Dahalo comme des ennemis de la Nation », a martelé le CEMGAM lors d’un  point de presse le 31 août 2015, en marge de la cérémonie d’hommage aux huit militaires tombés lors d’une embuscade tendue par de présumés Dahalo à Ankazoabo Sud le 26 août 2015. « Poursuivez-les sans relâche. Ils nous ont cherché et ils vont nous trouver », a déjà martelé le Premier ministre, le général de brigade aérienne Jean Ravelonarivo, qui s’est personnellement déplacé à Ankazoabo Sud le 28 août, vêtu de sa tenue de combat.

Lire aussi : Le Commandant de la Gendarmerie nationale annonce l’ouverture d’une enquête sur les événements d’Ankatso

Face à des ennemis de la Nation, l’Armée ne veut plus se contenter de la légitime défense pour tuer. Le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina n’a demandé ni plus ni moins que le permis de « tirer les premiers sur les Dahalo » au-delà de tout affrontement et hors du cadre de la légitime défense. S’appuyant sur l’article 8 de la Constitution, il souhaiterait que les Forces armées soient autorisées à recourir à la force pour combattre les Dahalo.

« Nous appelons les pouvoirs exécutif et législatif à adopter une loi pour appliquer l’article 8 de la Constitution. Depuis ce mercredi (26 août 2015), nous considérons que les Dahalo, qu’ils écument les forêts ou qu’ils soient en col blanc, sont des ennemis de la Nation. (…) Il ne s’agit pas d’une vengeance, mais il ne s’agit pas non plus de se limiter à la légitime défense qui est déjà encadrée par la loi aussi bien en termes d’armes qu’en termes de temps. (…) A chaque sortie, les militaires seront toujours en situation de combat. Il faut tirer les premiers sur les Dahalo ».

Général de Corps d’Armée Béni Xavier Rasolofonirina, Chef d’Etat-major général de l’Armée malgache, dimanche 30 août 2015.

Le droit à la vie n’est pas un droit absolu à Madagascar. L’article 8 de la Constitution garantit le droit de toute personne à la vie et énonce l’illégalité d’une privation de la vie. Mais il admet lui-même une exception en autorisant le recours à la force meurtrière en cas de violence illégale.

« Le droit de toute personne à la vie est protégé par la loi. Nul ne peut être arbitrairement privé de la vie. La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendue absolument nécessaire, en vue d’assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ».

Article 8 de la Constitution

« Ennemis de la Nation », les Dahalo mériteraient donc la mort, estime le CEMGAM. Pas seulement parce qu’ils tuent des militaires, mais aussi parce qu’« ils ne laissent pas la société vivre en paix et en harmonie ». « Ce sont des bandits sans  foi ni loi. Quand on les croise, au mieux on est blessé, au pire on est tué »,  ajoute-t-il encore pour justifier sa requête.

Lire aussi :  Le post sur l'état de santé du Premier ministre supprimé

L’Armée ne semble donc plus vouloir s’embarrasser du principe de la présomption d’innocence. Pour éviter que des « innocents » ne tombent sous les armes des militaires et pour faire la différence entre les Dahalo et les Citoyens, le CEMGAM révèle, entre autres stratégies, que « les citoyens se verront confier des mots de passe, et ceux qui ne prononcent pas ces mots de passe peuvent être abattus ».

  • hagafotsy

    Méconnaissance? L’article 8 de la Constitution (y compris dans son sa partie autorisant la force) a pour vocation principale de promouvoir le premier et le plus substantiel des droits fondamentaux. Dans les pays où il est mis en oeuvre (parce que c’est un extrait de la Convention Européenne des Drois de l’Homme), ce que les forces armées estiment être un permis de tuer est au contraire l’encadrement constitutionnel de la violence légale (peine de mort, recours à la force face à des manifestants, …).
    http://hagafotsy.net/oui-vous-avez-raison-m-ratsiraka/

  • Feno

    il y a une solution mais vous faites le sourd. « aveugle, qui a des yeux, sourds, qui a des oreilles ».
    Pourquoi avez vous peur de TSARA TSARA? Pourquoi vous ne voulez pas travailler avec lui, lui qui n’a pas besoin d’apporter un arme pour stopper 5 troupes de 200 dahalo avec 30 fusil chaque et mohara?
    Lui il connait vos magouilles et avec les dirigeants, prison, chemin de bovidés, fraudes et corruption.

    Car c’est quelques corrompus dans l’armée et le pouvoir qui veulent que le vol de zebu ne s’arrête pas.

    • anthonio

      Ce Mr là demande beaucoup d’argent même aux membres de son église ,peut on lui faire confiance, ne veut il pas s’enrichir derrière le dos du peuple , ce n’est pas pasteur MAILHOL bis ???, pour prouver sa bonne fois qu’il fasse des prédications et des bonnes œuvres gratuitement tout en aidant les gens au lieu de les plumer sous forme de sacrifice