conseil detat requete annulation convocation

Des requêtes en annulation du décret de convocation des électeurs au Conseil d’Etat

Le décret de convocation des électeurs contesté. Des requêtes visant à son annulation ont été déposées auprès du Conseil d’Etat. Tabera Randriamanantsoa, candidat à l’élection présidentielle prévue le 7 novembre, et Guy Maxime Ralaiseheno, ancien maire d’Ankaraobato, en sont les requérants. L’audience relative à ces deux dossiers devrait se tenir ce 4 septembre.

Tabera Randriamanantsoa, estime irrégulière la procédure d’adoption du texte contesté. « Le décret a tout de suite été inséré dans le journal officiel sans avoir fait l’objet d’adoption en conseil de gouvernement », a-t-il déclaré. « Il n’a pas non plus été lu dans les médias publics », a-t-il ajouté.

C’est le 29 juin 2018 que le Premier ministre Christian Ntsay avait annoncé à la presse, à l’issue d’un Conseil de gouvernement, les dates des deux tours de la présidentielle. Celles-ci ont ensuite été communiquées aux représentants de la Communauté internationale qu’il a reçus tout de suite après à Mahazoarivo.

Lire aussi :  La nomination des membres du gouvernement contestée devant le Conseil d’Etat

Le communiqué du Conseil de Gouvernement publié le soir même avait fait état de l’adoption de cinq décrets parmi lesquels le décret de convocation des électeurs. Ont également été indiqués adoptés au cours de ce Conseil, le décret d’application de la loi organique sur le régime général des élections et des référendums, le texte fixant les modèles des pièces à fournir par les candidats, le décret fixant le montant de la contribution des candidats aux frais engagés pour l’organisation du scrutin, ainsi que le texte fixant les modalités d’organisation de l’élection anticipée.

Un membre du gouvernement qui n’est pas issu du Mapar assure que les cinq décrets discutés le 29 juin ont été adoptés de façon régulière en Conseil de gouvernement.

Lire aussi :  Le dossier relatif à l'annulation du décret de convocation des électeurs reporté. Et maintenant ?