vanille campagne 2018

La campagne de vanille verte 2018 s’ouvre officiellement dans la Sava

C’est en fête que le « fokontany » de Bemalamatra, commune de Nosiarina, district de Sambava, a accueilli l’ouverture de la campagne de vanille verte de 2018, le lundi 16 juillet. Et l’optimisme est dans l’air. Pour la première fois depuis bien longtemps, le pourcentage de vanille verte arrivée à maturité dans les lots à commercialiser avoisine les 80%.  De quoi promettre une meilleure qualité des produits qui seront ensuite exportés.

« Nous avons respecté la date. Nous avons attendu le 15 juillet. Nous attendons maintenant les  propositions des acheteurs », a scandé dans son discours le député Behavana Raveloarivonjy, élu dans le district de Sambava. Il s’est exprimé au cours de la cérémonie officielle organisée à Bemalamatra en présence de François Rasolo, conseiller spécial du président de la République en charge de l’Agriculture et de la sécurité alimentaire, et de la secrétaire générale du ministère du Commerce et de la consommation, Josielle Rafidy.

Lire aussi :  La HCC valide la campagne de quinze jours pour le second tour de la présidentielle

Alors que les récoltes précoces ont considérablement réduit la qualité de la vanille malgache en 2017, les paysans se sont efforcés d’attendre la date officielle d’ouverture de la campagne pour les zones littorales fixée au 15 juillet pour commencer à cueillir et à commercialiser leurs produits en 2018. Pour les autres régions, notamment les zones intérieures, l’ouverture de la campagne doit encore attendre quelques semaines de plus.

Grâce aux opérations de sécurisation conjointes menées dans la Sava, la « capitale mondiale de la vanille », selon Irène Souchaud, présidente de la plateforme nationale de vanille (PNV), l’insécurité a sensiblement diminué en 2018. « Comme les vols de vanille sur pied ont diminué, les paysans n’ont pas procédé à des récoltes précoces comme cela a été le cas l’année dernière », a souligné le lieutenant-colonel Sirnot Besoa, commandant du groupement de la gendarmerie de la Sava.

Lire aussi :  La HCC valide la campagne de quinze jours pour le second tour de la présidentielle

Avec l’appui de la région Sava, du groupement des préparateurs-acheteurs de vanille de la Sava, de la Justice, et en collaboration avec les comités de vigilance communautaire, et quelques partenaires techniques dans l’élaboration d’une convention traditionnelle régionale, la gendarmerie de la région affirme avoir plus ou moins maîtrisé les problèmes sécuritaires de la région.

Pour cette année, les paysans espèrent écouler leurs produits à un prix au moins égal à celui de 2017 qui était en moyenne de 160 000 ariary, avec un pic de 200 000 ariary. Dans certaines zones, d’autres, à la date du 17 juillet, escomptent jusqu’à 300 000 ariary le kilo de la vanille verte.

Lire aussi :  La HCC valide la campagne de quinze jours pour le second tour de la présidentielle

Trois jours après la date officielle d’ouverture de la campagne, les prix ne sont pourtant pas encore définitivement fixés. Les acheteurs ne semblent pas se bousculer au portillon aux prix réclamés, misant sur un prix en-deçà de celui demandé par les planteurs. Les négociations devraient se poursuivre avant d’arriver à une tendance consensuelle.

La  production de vanille verte de Madagascar varie entre 4 500 et 5 000 tonnes par an. Produisant 60% de la vanille dans le monde, la Grande île a exporté plus de 1 600 tonnes de vanille préparée en 2017, ce qui représente le quart de la vanille consommée dans le monde. En termes de valeur, la vanille a été le premier produit d’exportation de Madagascar en 2017.