vonintsalama andriambololona alain rasolofondraibe

Une subvention d’au moins 17 milliards d’ariary pour des exportateurs

Le gouverneur de la Banque centrale, Alain Rasolofondraibe, confirme l’octroi de subvention pour certains exportateurs. C’était jeudi à Antaninarenina lors de la conférence de presse conjointe donnée par le ministère des Finances et du budget et la Banque centrale pour annoncer l’approbation de la troisième Revue du programme de Facilité élargie de crédit (FEC) par le Fonds monétaire international (FMI). Le montant de ce transfert, « destiné à soutenir le secteur privé qui œuvre dans l’exportation », s’élève à 17 milliards d’ariary.

Le gouverneur de la Banque centrale n’a pas encore révélé quelles entreprises bénéficieraient de cet appui. « C’est le ministère de l’Economie et celui en charge de l’Industrie et du développement du secteur privé qui définissent les critères d’attribution », a-t-il juste annoncé. Et « c’est le résultat de cette étude qui nous permettra de savoir qui va bénéficier de cette subvention de 17 milliards d’ariary », a-t-il encore ajouté.

Lire aussi :  88 millions de dollars de dettes pour Air Madagascar

A en croire Alain Rasolofondraibe, certaines entreprises d’exportation auraient subi une « perte de compétitivité suite à l’appréciation de l’ariary de ces derniers mois, ainsi qu’à la hausse de certains coûts des facteurs ».

C’est cette subvention qui porte à 150 milliards d’ariary le montant total des transferts additionnels prévus par la Loi de finances rectificatives (LFR). Sur cette somme, 100 milliards d’ariary seront versés à la compagnie nationale de distribution d’eau et d’électricité, la Jirama, et 33 milliards d’ariary à la Caisse de retraite civile et militaire (CRCM).

La masse salariale a également été majorée de 76 milliards d’ariary par la LFR pour corriger les erreurs de prévision et pour combler le gap dû à une hausse précoce des salaires des agents de l’Etat. Prévue s’appliquer en juillet 2018, celle-ci a été annoncée à la veille du 1er mai, et a commencé à être effective en mai 2018.

Lire aussi :  PATRICK IMAM : « La hausse des taxes sur les produits pétroliers est compréhensible »