Milavonjy_razanamahasoa

Premières réactions des députés de l’opposition et des députés pro-régime

Les députés de l’opposition et ceux qui soutiennent Hery Rajaonarimampianina, président de la République, livrent leurs premières impressions après la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) qui maintient Hery Rajaonarimampianina à son poste tout en l’enjoignant à mettre en place un gouvernement de consensus. Christine Razanamahasoa, coordinatrice du mouvement Miaraka amin’ny Prezidà Andry Rajoelina (Mapar) se dit satisfaite. Philobert Milavonjy, élu sous les couleurs du VPM/MMM et soutenant Hery Rajaonarimampianina, parle d’une décision qui va dans le sens de l’intérêt de la Nation.

Christine Razanamasoa, coordinatrice du parti Miaraka amin’i Prezidà Rajoelina (Mapar) : « La HCC a coupé la poire en deux »

Réagissant à chaud à la décision de la HCC, l’ancienne ministre de la Justice se dit à la fois déçus et satisfaite. « En tant que militante « député pour le changement » aux côtés de la population, je suis déçue car nous avons revendiqué la déchéance du Président », a-t-elle confié au téléphone à Les Décrypteurs. Une décision que n’a pas prise par la HCC bien que celle-ci ait reconnu « la responsabilité du président dans la non mise place de la Haute cour de justice.

Lire aussi :  Le régime Rajaonarimampianina lance une offensive sur le terrain

« Mais d’un autre côté, en tant que membre du parti Mapar, je suis satisfaite », poursuit la coordinatrice du mouvement de soutien d’Andry Rajoelina. « La HCC reconnaît les dispositions de l’article 54 [sur la nomination du Premier ministre] qui dispose qu’il revient au parti ou groupe de partis majoritaires à l’Assemblée nationale de nommer le chef du gouvernement, comme nous l’avons toujours revendiqué », indique-t-elle, faisant référence à la décision de la HCC qui revient à l’interprétation prononcée en février 2014.

« La HCC reconnaît également le mandat impératif des députés, ce qui conduit à la possibilité de demande de déchéance des députés qui ont changé de couleur politique », soulève-t-elle, évoquant déjà un éventuel remplacement de ses élus par leurs suppléants. « On peut dire que la HCC a coupé la poire en deux pour le Mapar et non pour les 73 députés qu’elle n’a pas reconnus, conclut-elle.

Lire aussi :  Emmanuel Macron enlace Hery Rajaonarimampianina par les épaules

Philobert Milavonjy, député pro-régime : « Il n’y a ni vainqueur ni vaincu »

Pour le député élu à Ambovombe, la décision de la Haute cour constitutionnelle « répond à une partie de nos revendications, et à une partie de celle des députés de l’opposition ». « Nous constatons que le président de la République reste à sa place malgré la pression pour son départ », souligne-t-il. A l’entendre, le gouvernement d’union est une des idées des partisans de Hery Rajaonarimampianina. « Nous avons proposé un gouvernement d’union alors que le Président avait déjà fait part de sa disposition au dialogue et à une ouverture pour la mise sur pied d’une structure allant dans ce sens », a-t-il martelé.

Lire aussi :  Les députés de l'opposition posent comme préalable aux négociations le départ du Président

Pour Philobert Milavonjy, la décision de la HCC va « dans le sens de l’intérêt supérieur de la Nation et de l’apaisement », et a été faite « dans le respect de l’Etat droit ». « Nous avons également été contre la crise et la mise en place d’une transition, le tout dans le respect de l’Etat de droit. Désormais, c’est chose faite, a-t-il indiqué.

Citant toujours les parties de la décision favorable à son camp, Philobert Milavonjy rappelle avoir toujours été « contre la crise et contre la mise en place d’une transition ». Bien que la décision risque de faire grincer certaines dents dans le camp du HVM, « nous respectons la HCC et nous avons confiance en la décision et en l’indépendance de la HCC », précise-t-il.