UA_Ramtame_Lamamra_515

L’Union africaine regrette l’intransigeance des acteurs politiques malgaches

Difficile mission de médiation. Dans un communiqué publié vendredi, la Commission de l’Union africaine fait part des « regrets » de son président par rapport à « l’intransigeance des parties prenantes malgaches ». Selon le communiqué, le président de la Commission de l’Union africaine qui a dépêché à Antananarivo l’Algérien Ramtane Lamamra il y a deux semaines, note, entre autres, que « malgré les efforts conjugués du haut représentant de l’UA, des représentants et envoyés spéciaux de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), des Nations unies et de l’Union européenne (UE), les parties prenantes malagasy campent toujours sur leurs positions conjoncturelles éloignées des exigences de l’intérêt supérieur du pays ».

Lire aussi :  Rencontre entre le HVM et les "Députés pour le changement" dans les bureaux de l'Union africaine

Pour le président de la Commission de l’Union africaine, l’intransigeance des parties malgaches risque surtout « d’aggraver la crise et de rendre hypothétique la poursuite du processus électoral ». Il aurait aimé que celles-ci « dialoguent sans préalables en vue de régler leurs différends, dans le respect de la légalité constitutionnelle, et en vue d’aboutir aux compromis nécessaires qui permettraient la poursuite du processus électoral et sa conclusion pacifique ». Les parties malgaches, estime-t-il, ont « l’obligation morale et politique de faire preuve d’un esprit de bonne volonté et de compromis », ainsi que de « bonne foi et de sens des responsabilités ».

Une semaine après la mission à Madagascar du haut représentant de l’Union africaine, Ramtane Lamamra, la Commission de l’Union africaine constate une « intensification des mouvements de contestation » et d’une « menace sur les institutions malgaches, ainsi que sur les biens et les personnes ». Son président lance alors un « appel à la plus grande retenue et au respect de l’intégrité physique du peuple et des institutions malgaches ».

Lire aussi :  Appel quasi-unanime de la Communauté internationale au dialogue

Photo : Présidence de la République de Madagascar