received_2146127225402970

Les députés pro-régime insistent sur le calendrier électoral normal

Harijaona Randriarimalala, président du groupe parlementaire du parti Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) a fait savoir la position de son camp sur le calendrier électoral.   » Nous  sommes contre [ une élection présidentielle anticipée ou reportée]. Il faut se référer au calendrier prévu par la Constitution », indique-t-il lors de la réunion organisée par la Commission electorale nationale indépendante (CENI). Parallèlement, le parlementaire évoque la nécessité de dialogue et de consensus.
received_2146009465414746
La réunion organisée par la CENI a vu la participation des partis et des membres de la société civile, à la suite de son appel pour discuter du calendrier électoral et des conditions relatives à la tenue des consultations populaires. Ceux qui ont pris la parole se sont prononcés sur les trois scénarios suggérées par l’organe chargé de préparer et d’organiser les scrutins, à savoir l’anticipation la presidentielle, le maintien du calendrier normal ou encore son report. Mais à entendre Hery Rakotomanana, président de la CENI, aucune décision ne peut être prise à l’issue de la « consultation », faute de mandat légal et de force exécutoire.

Lire aussi :  Rajaonarimampianina qualifie la manifestation du samedi 21 avril de "coup d'Etat"

Le président de la CENI rappelle qu’un accord relève des acteurs politiques. Il rappelle seulement l’échéance du 31 Mai pour une prise de décision afin de pouvoir respecter l’échéance électorale pour l’anticipation du scrutin ou le maintien de la date normale, se référant à la date d’investiture du Président de la République.

Parallèlement, les députés de l’opposition maintiennent la pression contre le régime, dans l’attente de la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC) sur la déchéance du Président de la République. Ils ont deposé deux pièces justificatives, demandées par la juridiction constitutionnelle, avant de rallier la Place du 13 Mai ce vendredi. Auparavant, ils ont demandé un sursis à exécution de la décision du conseil des ministres, interdisant les manifestations publiques en provinces, auprès du conseil d’Etat.

Lire aussi :  La SADC dépêche d’urgence Joaquim Chissano à Madagascar
Reportage : Donas Hanitriniony
Édition : Iloniaina Alain