abdoulaye bathily arrivee bis

« La solution entre les mains des Malgaches » selon l’envoyé spécial du SG de l’ONU

Abdoulaye Bathily, « envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies dans le cadre de ce qui se passe aujourd’hui à Madagascar », invite les acteurs politiques malgaches à discuter « pour une sortie rapide de cette situation ». Arrivé dimanche après-midi à Antananarivo, il a immédiatement rencontré le président de la République, et a annoncé vouloir « de ce pas rencontrer tous les acteurs malgaches ».

Rappelant le message d’Antonio Guterres qui « a souhaité que le dialogue s’amorce entre l’ensemble des acteurs malgaches pour une sortie de crise », Abdoulaye Bathily a souligné, dans une vidéo publiée par la présidence de la République, que « la solution est entre les mains des acteurs malgaches ». « Pour le moment, je ne peux pas parler de solution », a-t-il d’ailleurs indiqué, en insistant que « la Communauté internationale est là pour les appuyer ».

Lire aussi :  La SADC dépêche d’urgence Joaquim Chissano à Madagascar

La mission de l’envoyé spéciale du SG de l’ONU s’inscrit dans le cadre d’une médiation internationale de la crise malgache. « Au cours de sa mission, le Pr Bathily travaillera en collaboration avec les partenaires comme l’Union africaine et la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) », précise un communiqué du système des Nations Unies à Madagascar. « Mon frère et ami Ramtane Lamamra est déjà sur place et nous allons poursuivre le contact avec tous les acteurs », a annoncé Abdoulaye Bathily. Joaquim Chissano, ancien président mozambicain et envoyé spécial de la SADC, est également attendu à Madagascar dans les prochains jours.

A son arrivée à Ivato, le diplomate onusien, qui a déjà fait partie du Groupe de contact à Madagascar en 2001-2002 selon le communiqué du système des Nations Unies, a été accueilli par une centaine de manifestants pro-régime. Avec leurs banderoles, ces derniers ont, entre autres, dit « Non au coup d’Etat », « Non à une nouvelle transition », et ont appelé la Communauté internationale à « nous aider à préserver la stabilité et le processus électoral ».

Lire aussi :  Les députés de l'opposition posent comme préalable aux négociations le départ du Président

Dans le cadre de la médiation internationale, une première rencontre a déjà eu lieu entre les représentants des principaux protagonistes de la crise dans les locaux de la représentation de l’Union africaine à Madagascar dans la soirée du 25 avril. Une deuxième rencontre devait avoir lieu le 26 avril, mais les « députés pour le changement » ont décidé de la boycotter. Les parlementaires de l’opposition avaient lancé un appel à la Communauté internationale le 3 avril à la sortie de la séance d’adoption des trois lois électorales, avant de rejeter trois semaines plus tard l’intervention internationale dans la crise, estimant que celle-ci arrive « trop tard ».

Lire aussi :  Appel quasi-unanime de la Communauté internationale au dialogue