PRM_Fete_Du_Travail_

Rajaonarimampianina annonce une hausse de 8% des salaires des fonctionnaires

Le président de la République a choisi la veille du 1er mai pour annoncer l’augmentation des salaires des fonctionnaires. Dans une déclaration transmise à la presse à l’occasion de la fête du travail, Hery Rajaonarimampianina dit « s’adresser aux fonctionnaires pour vous annoncer que les salaires des fonctionnaires seront augmentés de 8% à partir de ce mois de mai ». « Le salaire minimum auprès du secteur privé a été augmenté il n’y a pas si longtemps », a-t-il rappelé.

Attendue en janvier lors de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux des corps constitués, la hausse des salaires des agents de l’Etat n’est donc annoncée que cinq mois plus tard, juste avant la fête du travail. D’habitude, c’est le ministre en charge du Travail qui délivre un message aux travailleurs à cette occasion. Mais comme le chef de l’Etat avait une déclaration à faire, c’est lui qui, cette année, a tenu à féliciter les travailleurs malgaches.

Coïncidence ou hasard du calendrier, l’annonce de la hausse des salaires des fonctionnaires intervient à la veille d’une éventuelle augmentation des prix des carburants. Comme annoncé depuis mars, et confirmé en avril, les prix à la pompe devraient connaître une hausse progressive mensuelle jusqu’à ce que la vérité des prix soit atteinte et jusqu’à ce que les engagements de l’Etat auprès des compagnies de distribution de produits pétroliers soient éliminés. Début avril, le ministre en charge des hydrocarbures a encore indiqué que le gap à rattraper à la pompe est de 7000 ariary par litre.

Sauf machine arrière sur une décision inévitable, comme cela a été le cas en avril, les prix des carburants devraient également augmenter de quelques dizaines d’ariary le 1er mai. La question se pose si le relèvement des soldes des agents de l’Etat, ainsi que la récente hausse des salaires dans le secteur privé pourrait amoindrir le mauvais accueil par l’opinion de cette éventuelle troisième augmentation des prix à la pompe depuis le début de l’année.

La question se pose également si la décision, qui intervient en période de tension politique,  influera sur l’opinion publique en générale, et celle des fonctionnaires en particulier. Hery Rajaonarimampianina, dans son discours, a néanmoins déjà laissé entendre que cette décision a été prise parce que « le président de la République et le Gouvernement que je dirige sait, écoute, examine vos doléances et propose des solutions réalistes et réalisables ». Il demande, dans la foulée, que les relations entre l’Etat et les fonctionnaires soient comme « celles des parents et de leurs enfants ». « En cas de divergence, seuls le dialogue et les discussions permettent de résoudre les problèmes », souligne-t-il.

Si l’on s’en tient à la déclaration du chef de l’Etat qui fait état d’une hausse à partir du 1er mai, il ne devrait pas y avoir de rappel sur les soldes des quatre premiers mois de l’année. Cette économie sur quatre mois devrait réduire le gap que l’Etat doit rattraper pour équilibrer l’enveloppe de la masse salariale. Malgré la hausse de 15% de ladite enveloppe prévue par la loi de finances initiale de 2018, pour cause d’erreurs de prévision, celle-ci reste insuffisante. « Les besoins pour la masse salariale et les retraites des agents de l’Etat sont plus élevés que prévu », a déjà fait remarquer le Fonds monétaire international (FMI) dans son dernier communiqué.

Sauf changement, une loi de finances rectificative est attendue lors de la session ordinaire qui s’ouvre ce mardi. Ce texte devrait inclure, en plus des subventions supplémentaires accordées à la Jirama, une hausse de l’enveloppe destinée à la rémunération des agents de l’Etat.

Photo : Présidence de la République