Joaquim Chissano bientôt de retour à Madagascar

La SADC dépêche d’urgence Joaquim Chissano à Madagascar

Joaquim Chissano bientôt de retour sur la Grande île. Le Sommet de la double troïka des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) a approuvé de « toute urgence » que cet ancien président de la République du Mozambique soit envoyé à Madagascar « en vue de faciliter le dialogue national visant à décrisper les tensions politiques et de dégager le consensus autour du processus électoral ».

Au cours du sommet qui s’est déroulé à Luanda, en Angola, mardi, les participants, incluant les présidents sud-africain et namibien, ont « pris note de la détérioration de la situation politique et sécuritaire à Madagascar et ont condamné les pertes en vies humaines et la destruction de biens ». Appelant les partis politiques et les citoyens malgaches à « rester calme et à faire preuve de retenue », le Sommet les invite également à « prendre les mesures nécessaires afin d’éviter la détérioration de la situation et des tensions politiques et sécuritaires ».

En plus de dépêcher son envoyé spécial sur la Grande île, la SADC mandate également le président de son organe de coopération en matière de politique, défense et sécurité de « consulter l’Union africaine (UA) et l’organisation des Nations unies (ONU) en vue d’adopter une approche commune permettant de soutenir Madagascar ».

Il a fallu que la situation dégénère pour que la SADC s’aperçoive que les tensions politiques sont plus sérieuses qu’elles ne l’étaient. La dernière mission de la Communauté envoyée en mission d’évaluation de la situation politique et électorale à Madagascar ne s’est pas trop inquiétée, ayant juste vu « une dispute pré-électorale mais pas une crise ». Les divergences, avaient alors dit les missionnaires, « font partie du jeu et des règles démocratiques ».

Lire aussi :  Les ambassades des Etats-Unis et de France déconseillent le centre-ville à leurs ressortissants samedi