Ambohijatovo sous haute surveillance le 29 mars

Une commémoration politisée du 29 mars

Un discours de propagande. La commémoration de l’insurrection de 1947 a été l’occasion pour Hery Rajaonarimampianina de mettre en avant sa volonté de continuer à diriger le pays.

Sans annoncer directement son intention de briguer un second mandat, le chef de l’Etat a laissé entendre qu’il était encore prêt à poursuivre ce qu’il a commencé quatre ans plutôt.  « Il vous tend la main, donc donnez-lui un coup de main », a-t-il déclaré dans son discours devant la stèle commémorative de Moramanga, parlant de lui à la troisième personne. « Je vous promets que nous sommes prêts », a-t-il poursuivi après avoir évoqué « tout le travail abattu en quatre ans » « même si le développement ne se fait pas en un jour ». « Mais en partant de ce qui a été accompli jusqu’ici, il est possible d’accélérer si c’est ce qu’il faut », a-t-il encore martelé.

Lire aussi :  Devoir de memoire - Que commémorons-nous le 29 mars ?

Pendant son discours, le chef de l’Etat a rappelé les grandes lignes de sa vision « Fisandratana 2030 ». Il a également appelé les Malgaches à faire preuve de solidarité, à faire de l’intérêt du pays une priorité, et à refuser toute velléité de refuser tout ce qui peut freiner l’émergence du pays. « J’ai envie de vous demander de vous lever pour dire avec moi que cela suffit », a-t-il scandé. « Nous devons faire preuve de solidarité parce que c’est la solidarité qui fait avancer », a-t-il encore souligné, mettant en exergue le thème de la commémoration : « Firaisan-kina ho fisandratan’i Madagasikara », « ambition collective et union pour l’émergence et la renaissance de Madagascar », selon la traduction des services de la communication de la présidence.

Lire aussi :  Devoir de memoire - Que commémorons-nous le 29 mars ?

A Antananarivo, la commémoration a été marquée par les habituels dépôts de gerbe à la stèle commémorative de l’insurrection d’Ambohijatovo et au Mausolée d’Avaratr’Ambohitsaina. Les lieux ont été fortement encadrés par les forces de l’ordre durant toute la matinée. Après les cérémonies officielles, les groupements politiques se sont relayés sur place pour marquer eux aussi la journée.

A Analakely, le mouvement d’activistes Wake Up Madagascar a choisi la Place Ralaimongo pour déposer des écriteaux d’interpellation des autorités. Demandant aux citoyens d’écrire leurs aspirations pour le pays, le mouvement a réuni un certain nombre de souhaits et de revendications relatifs, entre autres, à la sécurité et à la gouvernance.

Lire aussi :  Devoir de memoire - Que commémorons-nous le 29 mars ?