college la lumiere international

Justice – Le Collège La Lumière international fermé

Le gouvernement malgache persiste et signe. Il a réussi à convaincre le Conseil d’Etat  de la fermeture de l’établissement scolaire Collège La Lumière international, à Talatamaty, fondé par le mouvement Hizmet  du prédicateur turc Fethullah Gülen, chassé par le régime turc.

Le Conseil d’Etat a rejeté la demande de sursis à exécution d’une décision gouvernementale prise contre l’établissement lors d’une audience de près de neuf heures mercredi,  à Anosy. Ainsi, la fermeture du Collège La Lumière international est confirmée, du moins pour l’instant, avec comme conséquence immédiate la confirmation de l’interdiction d’une campagne d’inscriptions pour l’année scolaire 2017-18.

Le Conseil d’Etat a suivi la position défendue par le gouvernement, représenté par la Direction de la législation et du contentieux à la Primature.  Cette dernière a présenté plusieurs arguments pour contrecarrer la défense des propriétaires de l’école, sous l’égide du mouvement Hizmet, sur le non-fondé d’un sursis à exécution d’une décision administrative dans un dossier touchant l’ordre public.

Lire aussi :  Quelles procédures suivre pour l’évacuation sanitaire internationale d’un prévenu ou d’un détenu ?

L’Etat s’est appuyé sur la décision du retrait de l’autorisation d’ouverture par le ministre de l’Education nationale, une pièce insérée au dossier lors de l’audience. Cette décision aurait été annoncée depuis le début de l’année et évoqué dans un procès-verbal d’une réunion avec les parents d’élèves. Plusieurs autres arguments ont également été avancés, telle que l’illégalité de la vente de l’établissement scolaire ou encore la situation précaire des enseignants turcs qui y officient.

Coïncidence ou non, les événements de ces derniers mois suscitent des interrogations quant au sort de l’école CLI. Un sort qui s’explique, en partie,  par la situation politique interne turque et les relations diplomatiques entre Madagascar et la Turquie.


Le régime turc et ses dirigeants mènent une lutte sans merci contre leur ancien allié, le prédicateur Fethullah Gülen, à la tête du mouvement Hizmet, en exil aux Etats-Unis. Ils accusent ce dernier de se livrer au « terrorisme », accentué par le « coup d’Etat » manqué de juillet 2016.
La dernière tournée du président turc Recep Erdogan  en Afrique orientale était l’occasion pour ce dernier de lancer une offensive contre l’implantation du mouvement güleniste en Afrique, entre autres à travers son réseau d’écoles. Sa visite dans la Grande île en janvier en fait partie.

Lire aussi :  Le ministre de la Justice demande la libération de Claudine Razaimamonjy

Celui qui est venu avec plusieurs accords dans ses valises et le rappel de près de 60 millions de dollars d’échange commercial avec Madagascar avait évoqué un mot sur le mouvement Hizmet , présent à Madagascar à travers l’institut Ravinala, et le Collège La Lumière international. Il est allé jusqu’à suggérer la venue d’autres organisations capables de suppléer aux actions sociales menées par le mouvement Hizmet à Madagascar, présent, entre autres dans le domaine de l’éducation, à travers le CLI.

Bien avant la venue du président turc, Volkan Türc Vural, l’ambassadeur turc à Madagascar, avait déjà tiré à boulets rouges sur le mouvement güleniste, qu’il accuse d’instrumentaliser politiquement le CLI. Une accusation terroriste réfutée par les représentants du mouvement Hizmet à Madagascar.

Lire aussi :  Claudine Razaimamonjy joue au cache-cache

Le président malgache Hery Rajaonarimampianina avait refusé de donner une réponse immédiate à la demande de son homologue turc. Mais depuis, les événements en défaveur des Turcs du mouvement Hizmet s’enchaînent. C’est le cas de l’affaire des faux papiers des  enseignants du CLI, qui, entre temps, avaient obtenu le statut de réfugiés politiques, et la fermeture de l’établissement scolaire.

Iloniaina Alain