DSC_0029_crop

Mamy Rakotoarivelo décédé

Mamy Rakotoarivelo, ancien baron du parti Tiako i Madagasikara a trouvé la mort à son domicile ce vendredi . Voici son parcours politique.

Stupeur dans la capitale. Mamy Rakotoarivelo, ancien président du Congrès de la Transition, a  trouvé la mort à son domicile à Ankadifotsy, dans la journée du vendredi. Des éléments de la Brigade criminelle et ceux du Bureau municipal d’hygiène et hygiène (BMH) se sont déplacés sur les lieux.

Mamy Rakotoarivelo a fait  sa dernière apparition publique au cours de la célébration du XVe anniversaire du parti Tiako i Madagasikara (Tim) dans un grand hôtel de la capitale le 8 juillet. Une formation politique dont il a contribué à écrire l’histoire.

Dans les années 80 et pendant près de dix ans, l’expert-comptable avait travaillé dans un cabinet d’audit. Il avait ensuite pris les rênes du journal Midi Madagasikara, entre 1994 et 2002, année au cours de laquelle il avait fait son entrée dans l’arène politique.

Mamy Rakotoarivelo a rallié le candidat Marc Ravalomanana lors de la présidentielle de 2001. Il a été ministre de la Communication dans le premier gouvernement Sylla, entre mai et décembre 2002.

L’ancien membre du gouvernement  s’est ensuite présenté aux législatives anticipées de 2002 dans le IIIe arrondissement. Il  avait fait son entrée à l’Assemblée nationale pour devenir le vice-président de la Chambre basse, dominée par le Tim.

Mamy Rakotoarivelo a fait partie des personnages-clés du régime à l’Assemblée nationale et au sein du Tim. En 2006-07, le vice-président du Tim a soutenu une démarche de certains parlementaires de la formation politique au pouvoir visant à réformer  le parti de l’intérieur. Une initiative qui n’a pas pu être menée à son terme à cause d’une résistance en interne.

Mamy Rakotoarivelo  était une des victimes de la crise politique de 2009. Son domicile a été saccagé par une foule à l’époque. Il était parmi les membres de l’ancien dirigeant du régime Ravalomanana à organiser la résistance contre la Transition avec les manifestations à Ambohijatovo à partir du 20 mars 2009.

L’ancien vice-président de l’Assemblée nationale a été désigné secrétaire général du Tim en 2010. Il a  également été désigné par Marc Ravalomanana pour être le chef de la délégation de sa mouvance. Il était de toutes les négociations menées par la communauté internationale pour trouver une issue la crise. Il a ensuite été nommé président du Congrès de la Transition après la signature de la Feuille de route le 17 septembre 2011.

Mais les lignes de frictions de Mamy Rakotoarivelo avec l’ancien parti au pouvoir se sont accentuées. En coulisse, le président du Congrès croit faire partie de la liste des noms de ceux qui sont susceptibles de devenir le candidat du Tim à la présidentielle de 2013. Mais Marc Ravalomanana avait insisté pour la candidature de Lalao, son épouse. Il avait encore été écarté dans la liste des candidats aux sénatoriales.

Peu à peu, Mamy Rakotoarivelo s’est effacé de la scène politique alors qu’il avait dû faire face à des problèmes conjugaux. Il avait annoncé son départ du Tim en mars 2016, tout en espérant revenir dans l’arène politique en rassemblant  ses anciens compagnons de lutte, sans grande réussite.
Iloniaina Alain