mahamasina quadrille par les forces de lordre

MANIFESTATION DU TIM A MAHAMASINA : Les forces de l’ordre attendent la décision du Préfet

Trois heures après la décision du tribunal administratif d’ordonner le sursis à exécution de la décision de la préfecture d’interdire la manifestation du parti Tiako i Madagasikara à Mahamasina, l’Etat-major mixte opérationnel de la région d’Analamanga (Emmo-Reg) continue de maintenir son dispositif de sécurisation du stade municipal.

« La réquisition est maintenue tant que le préfet ne l’a pas levée », a fait savoir le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du groupement de la gendarmerie d’Analamanga, au cours d’une conférence de presse. « A l’heure où nous parlons, il est encore interdit d’accéder à Mahamasina », a-t-il poursuivi.

A l’entendre, aucune installation ne devrait donc pouvoir être faite au stade municipal de Mahamasina jusqu’à le préfet en ait donné l’ordre. Ce qui, jusqu’au moment de la conférence de presse n’était donc pas le cas. Le commandant de l’Emmo-Reg a d’ailleurs indiqué ne pas encore être au courant de la décision du tribunal administratif.

Lire aussi :  La préfecture d'Antananarivo maintient et élargit l’interdiction de manifester

Au même moment, quelques dizaines de partisans de l’ancien président se sont déjà rués à Mahamasina, attendant l’ouverture du stade. Le préfet, lui, n’était pas encore à son bureau, à 15 heures.

Non convaincu

A la mi-journée, le tribunal administratif avait ordonné le sursis à exécution de la décision de la préfecture de police de ne pas autoriser la manifestation censée commémorer le XVème anniversaire du parti de l’ancien président Ravalomanana. Le juge ne semblait pas convaincu du bienfondé du risque d’atteinte à la sûreté de l’Etat soulevé par la préfecture.

Cette dernière avait déjà autorisé ladite manifestation avant de retirer son autorisation. C’est ce retrait qui avait été contesté par le Tim devant le tribunal administratif. Le stade avait, entretemps, été investi par les forces de l’ordre, tandis que le périmètre avait été bouclé. L’idée d’une sensibilisation de la population à ne pas venir à Mahamasina avait même été évoquée.

Lire aussi :  Protection du patrimoine municipal - Le Conseil municipal d'Antananarivo sollicitent l' "andrimasom-pokonolona"