Rassemblement interdit – Le Tim attaque la décision de l’administration pour excès de pouvoir

Le bras de fer entre le gouvernement et les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana continue sur le terrain judiciaire. Les dirigeants du Tiako i Madagasikara (Tim) ont déposé une plainte pour excès de pouvoir auprès du tribunal administratif autour de l’absence d’autorisation de la manifestation prévue samedi.

L’audience a eu lieu jeudi après-midi au Palais de justice à Anosy. Mais les parties demanderesse et défenderesse affirment ne pas connaître la date du prononcé du verdict. Le débat relatif à l’effet suspensif ou non de la plainte semble encore sur la table .

Dans la journée, Faustin Andriambahoaka, président du Conseil municipal, avait lancé un appel  pour la mise en place d’un Comité de vigilance afin de « défendre jour et nuit le patrimoine [municipal] après la réunion « urgente » du Conseil municipal. Il n’écarte pas, le cas échéant, un appel  des  conseillers municipaux aux électeurs pour réaliser cette mission, en réponse à l’entrée en force des éléments des forces de l’ordre au stade de Mahamasina mercredi.

Lire aussi :  Manifestation TIM - L'entrée du stade de Mahamasina interdite samedi

Cette entrée a été suivie de démantèlement du matériel prévu pour le rassemblement, ainsi que le bouclage du site. Une mesure prise par les forces de l’ordre pour exécuter la réquisition prononcée par l’Organe mixte de conception (OMC) interdisant la manifestation du Tim au stade de Mahamasina prévu le samedi 8 juillet pour célébrer son XVe anniversaire. Une interdiction qualifiée par Marc Ravalomanana de « provocation », après le retrait d’une autorisation déjà octroyée par la préfecture de police quelques jours plus tôt.

L’ancien président avait promis de « ne pas faire machine arrière ». Il laisse entendre son intention de rassembler près de 40 000 personnes pour l’occasion

Lire aussi :  Ravalomanana lié à la requête en annulation de la nomination des ministres