Protection du patrimoine municipal – Le Conseil municipal d’Antananarivo sollicitent l’ « andrimasom-pokonolona »

L’escalade continue entre le gouvernement et les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana. Le Conseil municipal de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) exhorte les habitants d’Antananarivo à mettre en place un comité de vigilance [andrimasom-pokonolona]  « pour défendre le patrimoine de la ville », selon son président, le Colonel Faustin Andriambahoaka.
« Nous donnons une instruction ferme à l’Exécutif [ de la CUA] de protéger le patrimoine (…) Il faut mettre en place un comité de vigilance pour assurer cette mission jour et nuit (…) Si jamais ce comité n’est pas mis sur pied, nous allons exhorter les habitants d’Antananarivo, nos électeurs, à le faire », a averti le Colonel Faustin Andriambahoaka jeudi.

Lire aussi :  Manifestation TIM - L'entrée du stade de Mahamasina interdite samedi

La déclaration du président du conseil municipal a été faite à l’issue d’une réunion « urgente » du conseil municipal, selon ses termes. Il réitère l’autorisation accordée par l’organe délibérant de la Commune pour l’utilisation du stade de Mahamasina par le parti Tiako i Madagasikara (Tim), fondé par l’ancien président Marc Ravalomanana, le samedi 8 juillet pour célébrer son XVe anniversaire. Il profite de l’occasion pour égratigner les forces de l’ordre  d’avoir investi l’enceinte sportive municipale afin de démanteler les installations prévues pour le rassemblement.

Les événements s’accélèrent ces dernières 24 heures. L’Organe mixte de conception (OMC) a confirmé le retrait de l’autorisation accordée au Tim pour la manifestation mercredi. L’état-major mixte de conception (EMMO) s’exécute pour bloquer, du moins filtrer, l’accès du stade de Mahamasina dans la soirée. Les forces de l’ordre poursuivent l’opération, causant un désagrément pour les agents de la Mairie qui travaillent au sein du site dans la journée.

Lire aussi :  Manifestation Mahamasina - Ravalomanana "pas au courant" de l'interdiction préfectorale

Parallèlement, les responsables de l’Emmo-Far reviennent à la charge jeudi. Ils promettent des mesures strictes en cas de violation de la décision de la préfecture de police retirant l’autorisation de manifester au stade de Mahamasina, et confirmée par l’OMC mercredi.

Le général Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie (CIRGN), à Antananarivo, évoque une « mesure préventive » pour expliquer l’initiative prise au stade municipal mercredi soir, jeudi mais également samedi.  Il fait part d’une opération de sensibilisation auprès des fokontany pour conscientiser les habitants à ne pas se rendre à Mahamasina pour assister à une manifestation interdite.