parti tim

Le parti Tim bascule officiellement dans l’opposition

Le Tiako i Madagasikara (TIM) a indiqué que le parti « prend désormais une place dans l’opposition » selon Marc Ravalomanana, son président, au domicile de ce dernier, à Faravohitra, mercredi matin. L’ancien chef de l’Etat explique que sa formation politique a été poussée vers la sortie par un régime qui « ferme la porte » aux autres, selon ses termes. Il évoque un geste « pas classe » derrière la mise à l’écart du gouvernement de Roland Ravatomanga, ancien ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène.

La décision a été officialisée après la réunion du fondateur du Tim avec les cadres du parti ainsi que les parlementaires de la formation politique. L’ancien président soutient qu' »on ne peut plus accepter la situation actuelle ». Il évoque la possibilité de rapprochement avec les autres formations qui se sont déjà déclarées d’opposition « en respectant certaines règles ».

Lire aussi :  Ces communes qui n’ont qu’une seule liste

Le parti, qui dispose 19 députés sur les 151 que compte l’Assemblée nationale, ne compte pourtant pas donner une consigne pour la démission des membres du bureau permanent issu du parti. « Nous sommes élus par le peuple et par nos pairs. Il faudra le vote des 2/3 des députés pour nous démettre du bureau permanent », soutient Hanitra Razafimanantsoa, vice-présidente de la Chambre basse.

Le Tim avait toujours été représenté au sein des différents gouvernement depuis le début du mandat du président Hery Rajaonarimampianina. Marc Ravalomanana a encore assumé la présence de Roland Ravatomanga au sein du gouvernement Mahafaly malgré le discours d’une partie des dirigeants du Tim selon lequel celui-ci y était en son nom personnel. Cette fois-ci, l’ancien président confirme la « fin de la collaboration » avec le régime.

Lire aussi :  L’ancien PDS d’Antananarivo devient Secrétaire général du MEPATE