palais de justice anosy

Le Syndicat des magistrats réclame une enquête sur l’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy

Dénonçant des violations flagrantes des textes régissant l’évacuation sanitaire à l’étranger d’un prévenu, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) demande que « tous les auteurs, co-auteurs et complices de ces violations de la Loi » fassent l’objet d’enquête et soient poursuivis.

Escortés par la presse, les dirigeants du syndicat ont rencontré, lundi, le directeur général de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona et le Procureur Général près la Cour d’appel. L’idée était de connaitre les tenants et les aboutissements de l’évacuation de la conseillère de Hery Rajaonarimampianina, Claudine Razaimamonjy.

Devant le Procureur Général qui s’est dit étonné de l’évacuation de la prévenue malgré les deux interdictions de sortie du territoire (IST) qu’il a émises en novembre 2016 et le vendredi 7 avril et qu’il affirme ne pas avoir encore levées,  le SMM a dénoncé une « évasion organisée« .  « Cette évacuation sanitaire n’a pas respecté la procédure, elle est viciée« , martèle le syndicat qui énumère des irrégularités. Sont, entre autres présentés comme des irrégularités :

  • le défaut de visas portant accord du Procureur Général de la Cour d’appel, du Juge d’instruction et du Substitut chargés du dossier,
  • le défaut des visas portant sur une contre expertise médicale du Médecin auprès du Ministère de la Justice, et du Médecin de l’établissement pénitencier,
  •  et l’absence de communication de l’identité de l’hôpital d’évacuation.

Les dernières informations indiquent que la conseillère de Rajaonarimampianina devrait subir une angiographie cérébrale. Elle a quitté Madagascar le lundi 10 avril vers 5h40, à bord d’un avion privé pour rejoindre Maurice selon certaines sources. Se trouvaient à bord avec elle le sénateur Riana Andriamandavy VII, un médecin et une agent de l’administration pénitentiaire.

Lire aussi :  Incarcération de Claudine Razaimamonjy : Et après?