Le maire de Toamasina Elysé Ratsiraka sur la sellette

Le conseil municipal de la Commune urbaine de Toamasina a délibéré pour la suspension du maire, Elysé Ratsiraka, élu sous les couleurs du Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina (Mapar) vendredi.

Non-présentation de rapport d’activités et de compte administratif ou encore ordre intimant ses collaborateurs de participer à des sessions avec les conseillers municipaux font partie des motifs évoqués par ces derniers. Selon le texte, la procédure de la suspension du maire devrait être enclenchée après délibération du conseil municipal ou conseil communal. La suspension d’un mois n’est effective qu’après signature d’un arrêté par le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, après avis du préfet de région en tant que représentant de l’Etat. En cas de suspension du maire, c’est son adjoint qui assure l’intérim. La suspension est susceptible de prorogation de trois mois. La décision est prise par le Premier ministre, chef du gouvernement. Par contre, la destitution d’un maire n’est possible qu’après une condamnation judiciaire du maire incriminé et après décision prise en conseil des ministres.

Lire aussi :  Les parlementaires de la coalition TIM-MAPAR-MMM-"indépendants" saisissent la HCC et le Bianco