bois de rose saisi singapour madagascar

Trafic illicite – Un importateur de bois de rose déclaré coupable à Singapour

La Cour suprême de Singapour a reconnu coupable Wong Wee Keong et sa société Kong Hoo, pour importation de bois de rose malgache, selon le journal local The Straits Times le 30 mars. Aucun acheteur n’ayant été identifié, la justice singapourienne a conclu que la cargaison était importée et n’était pas uniquement en transit comme le soutenait la partie défenderesse. La peine, pour l’instant, n’a pas encore été prononcée.

La société basée à Singapour avait importé près de 30 000 rondins de rose d’une valeur estimée à 50 millions de dollars en février 2014, mais la cargaison a été interceptée dans le port de Jurong, Singapour. Suite à une action publique intentée par le ministère public du Singapour, l’affaire a été portée devant la justice. Par deux fois, Wong Wee Keong a été acquitté.

Lire aussi :  Affaire Singapour : L’Etat malgache annonce la poursuite des trafiquants de bois de rose

Après avoir tergiversé dans la gestion du dossier, changeant plusieurs fois d’avis sur le caractère légal ou illégal des documents d’exportation des bois de rose, et sous la pression des organes de protection de l’environnement, le gouvernement malgache a fini par s’impliquer dans l’affaire  en intentant une action civile afin de « demander la restitution des bois saisis ». Aucune décision n’a encore été prononcée dans ce sens.

Le commerce du bois de rose, ainsi que son transport restent toutefois interdits, dans le cadre de l’engagement du gouvernement malgache dans ce sens pour la protection de l’espèce, auprès de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES), et la question est de savoir si les organes de ladite convention accepteront une dérogation pour le rapatriement des bois saisis à Singapour.

Lire aussi :  Affaire Singapour - Cinq questions sur les enjeux du verdict de culpabilité des importateurs de bois de rose