antsakabary

Affaire Antsakabary – La CNIDH réclame des sanctions contre les policiers

De retour d’Antsakabary, les missionnaires de la Commission nationale indépendante des droits de l’homme (CNIDH) accablent les policiers. Faisant état de multiples cas de violations de droits de l’homme perpétrés par un peloton d’une quarantaine de policiers envoyé dans la commune d’Antsakabary en réaction au meurtre de deux agents de police, la CNIDH réclame « la prise de mesures administratives contre les agents de l’Etat ainsi que les autorités impliqués dans cette affaire ».

Selon la Commission, ces sanctions devraient être prises en attendant le verdict de la Justice qui jugerait l’affaire liée à l’incendie de 487 maisons éparpillées dans une demi-douzaine de villages de la commune, ainsi que tous les autres actes violant les droits humains commis à Antsakabary. Ceux-ci, signale la CNIDH qui se base sur les témoignages des locaux collectés sur le terrain, impliquent le peloton policier conduit par un officier de police, adjoint du commandant des Forces d’intervention de la police (FIP) de Mahajanga.

Outre les incendies criminels, la CNIDH fait état d’homicide involontaire, de tortures et de maltraitances physiques, de pillages, d’atteinte à la pudeur et aux bonnes mœurs, de traitements dégradants, d’extorsion d’aveux, de tentative d’entrave à la liberté de la presse, et de déformation de plaintes. Elle recommande, par ailleurs, « la réparation de toute urgence des dégâts, de par l’intensification et la poursuite des actions déjà initiées par l’Etat ».